Acheter Ivermectine sans ordonnance en Pharmacie en ligne

Le médicament utilisé pour le traitement de l'onchocercose est l’ivermectine (nom de marque Stromectol®). A la différence des médicaments antérieurs, qui avaient des effets secondaires graves, l'ivermectine est sans danger et peut être utilisé à grande échelle. C'est également un médicament très efficace qui à lui tout seul, a transformé la vie de millions de personnes souffrant de l'onchocercose depuis son introduction en 1987.

Acheter Ivermectine sans ordonnance

Stromectol est un médicament générique sous forme de comprimé à base de Ivermectine (3 mg, 6 mg, 12 mg) au prix de 31,50€.

Principes actifs: Ivermectine

Traiter les infections parasitaires contribue à améliorer votre qualité de vie. Stromectol appartient à une classe de médicaments appelés antiparasitaire. Il est utilisé pour traiter de la gale, les poux et les vers intestinaux.

Le médicament est vendu en ligne avec succès non seulement en France, mais aussi au Canada et en Belgique. Les pharmacies en ligne offrent divers avantages pour les internautes : des médicaments pas cher 24 heures sur 24, ainsi que des commandes rapides et faciles en quelques clics.

Notre objectif, vous satisfaire en termes de choix, qualité, coût et service. Chez notre Pharmacie en ligne, l’avis des clients est fondamental. Elle vous permettra de vous commander Stromectol sans ordonnance à un prix pas cher.

Mode d'action

L’ivermectine tue les larves de Onchocerca volvulus – les microfilaires – qui vivent dans le tissu sous-cutané de la personne infectée. L’on pense qu’il paralyse ou tue les microfilaires progressivement, évitant ainsi les réactions inflammatoires intenses qui se produisent lorsque celles-ci meurent naturellement. Le traitement à l'ivermectine soulage les démangeaisons intenses au niveau de la peau et stoppe la progression vers la cécité.

L’ivermectine ne tue pas les vers adultes mais arrête pendant quelques mois après le traitement la reproduction des microfilaires par les vers femelles adultes, réduisant ainsi la transmission. Du fait que les vers adultes peuvent continuer à produire des microfilaires jusqu'à ce qu'ils meurent naturellement, l'ivermectine doit être pris une fois par an pendant 16 –18 ans pour interrompre la transmission. Dans les pays de l’APOC, l’on estime que 65% de la population totale vivant dans une zone endémique donnée doit prendre l'ivermectine chaque année pour éliminer l'onchocercose comme problème de santé publique.

Indications d’utilisation

Anguillulose gastro-intestinale
Microfilarémie à Wuchereria bancrofti
Gale sarcoptique humaine

Indications thérapeutiques

Dosage

L’ivermectine est pris oralement sous forme de comprimés. Une seule dose de 150 à 200 µg/kg du poids corporel doit être prise annuellement pour être efficace. Le dosage dépend de la masse corporelle de la personne, qui peut se calculer simplement selon la taille de l’individu.

Gale commune

Enfant > 15 kg et adulte : 200 microgrammes/kg dose unique. Une dose peut suffire ; une 2e dose à une semaine d’intervalle réduit le risque d’échec thérapeutique.

Gale croûteuse

Enfant > 15 kg et adulte : 2 prises de 200 microgrammes/kg à une semaine d’intervalle, en association avec un traitement kératolytique et scabicide local ; des doses supplémentaires peuvent être nécessaires.

Acheter Ivermectine sans ordonnance

Ivermectine contre la Covid-19

L’ivermectine serait-il le traitement miracle qui manquait à l’arsenal thérapeutique contre la Covid-19 ? Alors que la pandémie progresse encore à travers le monde et que le début de l’année 2021 a marqué le coup d’envoi de campagnes de vaccination dans de nombreux pays, la recherche sur les traitements potentiels contre cette maladie infectieuse émergente continue à avancer.

Depuis l’apparition du nouveau coronavirus SARS-CoV-2, des équipes de recherche se sont penchées sur des stratégies de repositionnement thérapeutique. Concrètement, les scientifiques ont testé des médicaments déjà autorisés pour d’autres indications, afin de déterminer s’ils pouvaient avoir des effets bénéfiques contre la Covid-19. Dans ce contexte, les débats se sont souvent cristallisés sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine, sans que les nombreuses données scientifiques et cliniques disponibles ne permettent à ce jour de confirmer un quelconque intérêt thérapeutique de cette molécule.

Depuis quelques semaines néanmoins, c’est un autre traitement antiparasitaire, l’ivermectine, qui a fait beaucoup parler de lui en ligne. Possédant des propriétés anti-inflammatoires intéressantes, ce médicament est en particulier utilisé dans le traitement de plusieurs pathologies, dont la gale et l’onchocercose (ou cécité des rivières).

Plusieurs équipes de recherche se sont déjà penchées sur les effets de cette molécule pour lutter contre l’infection. Toutefois, à l’heure actuelle, la majorité de ces travaux n’ont été publiés qu’en préprint (c’est-à-dire qu’ils ne sont pas encore parus dans des revues scientifiques à comité de lecture) et/ou sont limités par des biais méthodologiques.

Sur le point des biais méthodologiques dans les essais cliniques, on peut par exemple citer l’étude parue en janvier dans la revue Chest, qui suggère une mortalité plus faible chez des patients hospitalisés avec atteintes pulmonaires, infectés par le SARS-CoV-2 et traités par ivermectine, en comparaison à des sujets non traités.

Cette étude connaît cependant une limite méthodologique importante : les deux groupes sont difficilement comparables, car les patients traités avec l’ivermectine étaient également plus nombreux à avoir aussi reçu des corticoïdes (dont plusieurs études ont déjà démontré les bénéfices pour les patients atteints de formes sévères de la maladie).

Récemment, une « Research Letter » publiée dans le British Journal of Dermatology, souligne que l’ivermective pourrait avoir eu un rôle protecteur contre la Covid-19 dans un EPHAD où le médicament avait été donné pour traiter des cas de gale. Néanmoins, plusieurs limites sont là aussi à prendre en compte dont le caractère observationnel de l’étude et l’absence de corrélation démontrée in vitro/in vivo.

Cette idée de biais méthodologique et en conséquence, d’un faible niveau de preuves, est renforcée par des méta-analyses. On peut notamment citer la plateforme proposée par le BMJ et McMaster University – la « Covid-19 Living Network Analysis » – qui s’appuie sur un suivi et une analyse détaillée de la littérature scientifique pour recenser les niveaux de preuves concernant l’efficacité de plusieurs traitements utilisés contre la Covid-19. A l’heure actuelle, le niveau de preuves de l’efficacité de l’ivermectine est considéré comme « très bas », trop peu d’études robustes et concluantes ayant réussi à montrer un effet bénéfique de la molécule.

En conclusion, l’ivermectine est un médicament antiparasitaire qui n’est actuellement approuvé dans le traitement d’aucune infection virale, y compris l’infection à SARS-CoV-2. La question de sa dose efficace n’est pas résolue, tout comme son positionnement thérapeutique et/ou prophylactique. A ce jour, l’ivermectine n’est donc pas encore recommandée pour le traitement ou la prévention de la Covid-19 en dehors du cadre d’un essai clinique. Plusieurs essais sont justement en cours pour répondre à toutes ces questions.

Contre-indications, effets indésirables, précautions

– Peut provoquer :

– Administrer avec prudence dans les régions où la loase est endémique :

– Grossesse : à éviter (innocuité non établie)

– Allaitement : pas de contre-indication